Etape 1 : la stimulation hormonale

Le médecin peut vous prescrire différents schémas. A part le schéma de ‘FIV en cycle naturel’, les autres consistent toujours en trois éléments. Premièrement, une hormone de régulation est administrée de façon sous-cutanée pour que plusieurs ovules puissent mûrir. Deuxièmement, une hormone de régulation réprimant le réflexe du corps à mettre en marche une ovulation lui-même est administrée. (Sinon, le corps donnerait ce signal lui-même, ce qui est trop tôt en général). Finalement, on donne une injection sous-cutanée pour mettre en marche la maturation de l’ovule final ainsi que l’ovulation.
Généralement, une pilule contraconceptive est prescrite pendant le cycle précédent la stimulation.

Infos pratiques : Pendant la stimulation hormonale, vous aurez un rendez-vous tous les deux ou trois jours (fertilité-monitoring). Ce rendez-vous a toujours lieu le matin. On effectue une prise de sang ainsi qu'une échographie endovaginale. Une fois les résultats de la prise de sang connus, le médecin évalue l’évolution de la stimulation. Vous en serez tenu informé par téléphone, d'où l'importance de laisser votre numéro auprès de la sécretaire et de personaliser votre répondeur automatique.

FIV dans un cycle naturel : un type de FIV bien à part, sans véritable phase de stimulation. Le seul médicament administré lors d'un cycle de ce type est un médicament réprimant l’ovulation, pour éviter une ovulation précoce.

FIV à stimulation légère : le but est de ne faire mûrir que quelques follicules, partant de l’idée que tous les ovules fécondés seront transférés. Vu que le nombre d'embryons à transférer est limité par la loi à 1 ou 2, une stimulation plus forte n’a donc pas de sens.