Effects secondaires et complications des traitement de fertilité

Grossesses multiples

  • Le monitoring de cycle à l'aide d'une echographie montre combien d’ovocytes sont murs. Dans le cadre d’une induction de l’ovulation ou d'une insémination, l'idée est d'obtenir un nombre limité d'ovocytes matures (un ou deux). En cas d'un nombre trop important d'ovocytes, il peut être envisagé d'annuler le cycle ou de procéderà une aspiration d'un des ovocytes surnuméraires.
  • Dans le cadre d'une FIV/ ICSI, le nombre d'embryons réimplanté est connu. Ceci dit, des jumeaux identiques sont toujours possible, malgré le fait de n'avoir réimplanté qu'un embryon. Cette probabilité est même légèrement augmentée en cas de FIV.

Grossesse extra uterine (GEU) ou fausse chouche

Tout comme pour les grossesses spontanées, les GEU ou les fausses couches se présentent également après des traîtement d’infertilité. Le risque en est même légèrement augmenté. Il est donc important d’être suivi de près dans les premières semaines de grossesse.

Une première prise de sang indique la présence ou non d'une grossesse. En cas d'une première prise de sang positive, une deuxième est réalisée après une semaine. Ensuite, dans les semaines qui suivent, une première echographie est executée. 

Le reste de votre suivi de grossesse sera réalisé par votre propre gynécologue.
ectopic_laproscopy2.jpeg

Effets secondaires des traîtements hormonaux

  • Clomid : En général ce produit ne provoque pas trop d'effets secondaires. Chez une minorité de patientes, les symptomes suivants sont décrits: bouffées de chaleur, maux de tête, nausée, gonflement abdominal, sautes d’humeur, troubles visuels.
  • Menopur et produits similaires : Pas d'effets secondaires directs de par le fait qu'ils agissent directement sur les follicules. Par contre, ces molécules peuvent induire la maturation de plusieurs follicules en même temps, ce qui a pour conséquence de faire augmenter le taux d'oestrogène au-delà de la limite naturelle avec donc une accentuation des symptomes d'un cycle féminin (nausées, gonflement des seins, gonflement abdominale etc)

Insémination

  • Des pertes de sang : une légère perte de sang est normale à cause de l’introduction du cathéter. 
  • Une infection après insémination est très rare. Les spermatozoîdes sont rincés de manière abondante, et ceci dans un endroit stérile. La plupart des bactéries sont par conséquent eliminées.

FIV et ICSI

  • Perte de sang : Lors de l’aspration des ovocytes, les ovaires sont ponctionnés à travers le vagin. Suite à cette procedure, le vagin peut légèrement saigner, mais ce saignement se manifeste en général directement après la procédure, et se traite très facilement.   Un saignement au niveau de l’ovaire peu également apparaitre et occasionner une gêne quelques heures après la ponction. Dans un cas sur 1000, ce saignement est trop important, et nécessite une laparoscopie.  
  • Infection : Le vagin n’est pas un environnement stérile. Une ponction à travers le vagin comporte donc un risque de transmission des bacteries, cependant inférieur à 1%. Dans certaines situations, compte tenu des antécédents, des antibiotiques sont administrés de manière préventive. 
  • Perforation : En principe, la ponction des ovaires n'est pas effectuée à travers la vessie. Néanmoins, il arrive qu'il ne puisse pas en être autrement de part l'anatomie du système de reproduction. Si tel en est le cas, il est important de boire beaucoup d'eau par la suite, et des antibiotiques sont administrés. exceptionnellement, une sonde vesicale doit être introduite. Une ponction à travers les intestins n'est cependant pas une option compte tenu du risque d’infection. Si malheureusement cela était amené à arriver, la procédure sera couverte par des antibiotiques à large spectre.